11 - Stratification extérieure du pont

dimanche 31 octobre 2010
par  Guillaume

MAI 2000

1) Quelques travaux avant la grande strat’ finale :

- Le pont a été fait volontairement trop large : le surplus à babord et tribord a donc été meulé au ras de la coque.

- Les découpes de hublots et capots. A peine on a fait le pont, il faut déjà le percer ! et pas qu’un peu ! 10 gros trous pour : la baille à mouillage, le capot avant (rond), les 5 hublots plexi du roof, 2 hublots latéraux du roof, le capot de coffre arrière. Travail très amusant, car on voit son bateau vraiment prendre forme. Et enfin on voit "dehors" !

- La préparation des inserts de pont, pour l’accastillage. Pour éviter que le boulonnage d’une pièce d’accastillage écrase la mousse, on la remplace juste à cet endroit par un morceau de CP de même dimension que la pièce. L’épaisseur du CP est 12mm comme la mousse. On trace au crayon l’emplacement de l’insert sur la mousse, on incise au cutter sur le trait, et on enlève la mousse au ciseau à bois. L’insert est collé à la résine chargée.

Pour le capot avant, rond, il faut rattraper le bouge (courbure latérale) du pont, pour présenter une surface plane où boulonner le capot. On fait un bossage : l’insert en CP en forme d’anneau est posé sur un lit de résine chargée dans la découpe de la mousse. Cela sera stratifié ensuite.

Pour le pied de mât (pas de mousse évidemment) l’insert est particulier puisqu’il faut rattraper l’angle du roof et faire une assise horizontale. J’ai fait une sorte de petit escalier en rectangles de CP collés. Le rectangle du dessus est découpé à la dimension du pied de mât + 1 cm.

- L’empreinte du bout-dehors. On voit la découpe du pont contre l’étrave, ou un tube en plastique de 60 mm servira de moule pour stratifier par-dessous le demi-cylindre (intérieur de la baille). On enlève le tube (pour ne pas qu’il adhère on l’a ciré ou emballé dans une bâche plastique très fine). Par-dessus, il y aura la ferrure d’étrave en inox en demi-cylindre. Ce sera le logement du bout-dehors.

- L’empreinte du tube de jaumière. Celui-ci doit être monté à l’arrière du tableau, entre le cockpit et la jupe. On perce la jupe au diamètre extérieur du tube et on ponce la mousse sur le tableau arrière le long de ce même tube, verticalement. Le but, comme pour les quilles mais sur une petite dimension, est de revenir à un stratifié monolithique, en évitant les "marches", néfastes au collage. Deux paliers auto-alignant seront... joint-congé / stratifiés comme le reste ! Celui du bas contre la coque, celui du haut par-dessus le fond du cockpit.

- L’arrondi de livet de pont, et de tous les angles vifs. Pour que les tissus suivent une courbure minimale au niveau des angles, il faut les arrondir un minimum : rayon de 30 mm.

Important ! Les découpes des 5 hublots de roof sont stratifiées par la suite, et serviront de moule idéal pour les hublots en plexi. Comme ils sont en lattes, ils n’ont pas eu tendance à reprendre leur forme (même s’ils n’avaient que la peau intérieure).
Ce qui n’a pas été le cas du capot de baille à mouillage : je l’ai découpé avant stratification aussi, mais lui a repris sa forme plane (plaque). Il a suffi de rattraper le bouge à l’enduit.

Quelques endroits anguleux nécessitent un petit joint-congé à même la mousse, pour permettre aux tissus de s’appliquer sans pli : insert de pied de mât, extrémité arrière du roof, angles du cockpit (flancs/fond), jupe...

Enfin un dernier et léger ponçage général sur le pont pour préparer la mousse, et... c’est le printemps ! 20° sans chauffage sous la serre, vite ! la résine !

La stratification extérieure du pont s’est effectuée exactement comme les 3 précédentes : transversalement à la coque, par moitiés de lés. Si ce n’est qu’en plus, on fait recouvrir la coque par les tissus de chaque côté. Ainsi la liaison pont-coque est achevée sans aucun boulon, lèvre en monolithique, ni rail de fargue.

C’est la phase de strat’ la plus ludique, parceque la forme est convexe comme la coque, mais la surface est moindre. Les tissus se drapent très facilement. Et puis... c’est la dernière, et on s’imagine qu’on va bientôt mettre le bateau à l’eau !!
Echantillonnage de la peau extérieure :

- 1 BX 450g
- 1 QX 600g (pour la résistance aux impacts).
On pose un BX / un QX en alternance.
2) Quelques travaux après la stratification extérieure :

- Pose du tube de jaumière et des deux paliers de mèche de safran.

Les deux paliers s’emboîtent aux extrémités du tube. Ces 3 pièces en alu ont été grossièrement râpées pour assurer un bon accrochage avec le stratifié. La jupe a été percée pour y passer le tube de jaumière. J’ai d’abord collé les deux paliers au tube, pour rendre l’ensemble solidaire. Puis joint-congé du tube au tableau arrière et du palier bas à la coque (accès par le coffre arrière). Puis stratification de l’ensemble au biaxial. Le niveau à bulle assurait la verticalité. A ce stade je n’ai toujours pas percé la coque.

- Pose de la chaise du moteur hors-bord.

Un "carré" en CP de 30 mm, joint-congé avec 3 bandes dégradées de tissu. La chaise est du côté tribord de la jupe (voir étape suivante). En faisant partie intégrante du bateau, elle ne demande aucun entretien. Ceux qui possèdent un petit bateau savent que l’hélice a tendance à sortir de l’eau quand on va hisser au pied de mât en solo... surtout dans le clapot. Pour éviter l’effet "décollage d’Airbus", je l’ai posée exprès un peu trop bas. (Voir photos de l’étape suivante).
SUITE