9 - Le pont : mannequin, pose de la mousse et strat’ de la peau intérieure

dimanche 31 octobre 2010
par  Guillaume

SEPTEMBRE - OCTOBRE 1999

Ca y est la dernière cloison est posée... la coque est structurellement terminée, on peut la sortir de la serre pour laisser la place au pont qui va se faire sur le même bâti. J’ai posé la coque dans le champ à côté de la serre, sur des bers en bois simples (elle est très légère), et je l’ai bâchée.

J’ai réalisé les 13 gabarits en agglo de 12 mm (au lieu de 19 pour la coque) et je les ai vissés au bâti et les uns aux autres comme pour la coque.

JPEG

La grosse différence avec la coque est qu’on a principalement des parties planes. En fait il n’y a que le roof et les arrondis de cockpit, de jupe qui sont courbes. Par conséquent j’ai utilisé cette fois-ci des plaques de mousse Corecell, moins chères que les lisses bouvetées. En revanche le roof a été latté comme la coque.

Les gabarits étant espacés, il faut empêcher les plaques de "gondoler" entre chacun d’eux. J’ai donc vissé des lattes de bois longitudinalement (dans de petites incisions sur le champ des gabarits). J’aurais même pu revenir au principe du mannequin classique : visser des lattes de bois tous les 5 ou 10 cm... J’ai eu des petits défauts de forme mais qui ont bien été rattrapés à l’enduit.

Dans l’idéal, il aurait fallu un nombre de gabarits plus importants. Contrairement à la coque qui s’est très bien formée avec seulement 13 gabarits (+étrave), le pont en méritait 16. Les passages délicats sont l’avant du roof et l’arrière des bancs de cockpits, mais avec l’expérience de la coque, on s’en sort bien.

Le tracé du contour du roof...

L’avant du roof...

La face arrière du pont...

La descente...
Réaliser le mannequin du pont demande un peu plus de réflexion que pour la coque, car autant on visualise bien la coque retournée, autant il n’est pas toujours évident se représenter le cockpit à l’envers... on se familiarise vite...

Les plaques de mousse n’ont pas été vissées mais clouées : un détail mais quand même ! Car cette fois-ci, je ne pourrai pas enlever les vis comme pour la coque avant de stratifier (sinon les plaques de mousse reprendraient leur forme). Il faudra donc les laisser et stratifier par-dessus. Une fois le pont à l’endroit et collé sur la coque, je les arracherai par la pointe. Donc le clou est préférable à la vis pour moins abimer la mousse.

La stratification s’effectue selon le même principe que pour la coque, mais sans les renforts. On pose 2 couches de biaxial 450g, qui se superposent par moitié. Je ne voyais pas trop comment disposer proprement mes premiers tissus par l’arrière (jupe, tableau arrière, flancs de cockpit, bridge-deck plus compliqués), alors j’ai commencé par l’avant. Arrivé à l’arrière on dispose sans trop de difficulté les derniers tissus, ça reste un travail sympa à faire !

Je n’ai pas enduit la face intérieure du pont, pour le gain de temps (si je faisais du zèle je dirais pour le poids !) et parceque voir la trame du tissu à l’intérieur ne me dérange pas, surtout qu’il s’agit de la strat’ la plus propre : surfaces planes = un régal pour bien disposer ses tissus.
SUITE