4 - Stratification de la peau extérieure

dimanche 31 octobre 2010
par  Guillaume

MAI 1999

Le bateau toujours à l’envers, on commence donc par la peau extérieure.

Celle-ci est en quadriaxial de 600g :

- 5 renforts par quille (il y en aura 4 à l’intérieur)
- 1 renfort de fond de coque (que j’aurais pu mettre en kevlar)
- 2 couches "de base" (il faut atteindre un poids de verre de 1200g)
Le principe est de commencer par les renforts, puis les recouvrir par l’échantillonnage de base sur toute la coque.

Ici on voit les 5 tissus de renforts de quille tribord.
Vient ensuite le renfort longitudinal de fond.
Pour placer correctement les tissus de renforts, j’ai marqué précisément l’emplacement des quilles. Cela sera essentiel pour toutes les étapes suivantes (stratification intérieure, cloisonnement et... perçages de boulons de quilles !).
Pour pointer l’emplacement avant et arrière de chaque quille, j’ai utilisé les gabarits : les tracés verticaux de demi-largeurs à partir de l’axe longitudinal n’avaient pas été effacés. La cote longitudinale m’étaient donnée par la distance à l’étrave, aussi apportée par les gabarits. J’ai marqué la mousse au feutre côté intérieur, et j’ai percé la mousse avec un clou pour avoir le repère à l’extérieur, marqué au feutre à son tour.
Ensuite seulement on peut placer les dégradés de rectangles de tissus correctement.
Après les renforts on attaque la strat’ de toute la coque.

Or, la largeur maxi du tissu est donnée par celle du rouleau (1m30).
On va donc avancer de l’arrière vers l’avant, en posant les tissus transversalement à la coque, et en les faisant se recouvrir de la moitié du lé (largeur du tissu).
En avançant ainsi par moitié de largeur, on obtient deux épaisseurs. Pour en avoir 3, on avancerait par tiers de lé, etc...

On voit le tissu de renfort de fond, qui remonte à 10 cm au-dessus de la flottaison.
On observe aussi l’insert en CP d’une cadène de haubans (en bas le long du livet du pont). C’est le premier insert de tout le bateau : un rectangle de CP découpé à peine plus large que la pièce d’accastillage. Il remplace la mousse là où le boulonnage la comprimerait.

Aahhh le plaisir de la strat... A côté de l’aspect désagréable de l’odeur de la résine, la chaleur sous la serre, c’est quand même un travail très stimulant !
Ici je stratifie sur le renforts de fond de coque. Mais on voit bien la moitié de la largeur du tissu précédent, sur laquelle je déroule le nouveau tissu.
Pour les débutants :
- on commence par poser le tissu pré-découpé, on peut le dérouler à blanc, l’enrouler proprement, c’est prêt,
- on imprègne la mousse de résine au rouleau,
- on déroule le tissu,
- on imprègne le tissu au rouleau, en appuyant pour faire passer la résine à travers. Si besoin, on complète de résine : le tissu doit être complètement imprégné, sans bulle,
- on finit par enlever le surplus de résine : moins il y a de résine dans un stratifié, plus c’est solide !

A l’étrave, le dernier tissu dépasse... Avant de le dérouler, on le coupe sur une ligne fictive (dans le vide devant le bateau) qui suit la flottaison. Quand on stratifie, on fait tourner le tissu autour de l’étrave, et on le stratifie de l’autre côté. On fait cela pour le premier côté (gauche ou droite peu importe), et pour le second.

Ainsi on double l’épaisseur à l’étrave : 4 au lieu de 2. On fera pareil à l’intérieur après avoir supprimé la mousse (l’étrave est monolithique).
SUITE