Le choix du HAKA 80 (GAÏA 80 modifié)

dimanche 31 octobre 2010
par  Guillaume

Dès que je lis les plans, j’adore la simplicité en général : celle qui respire l’intelligence. Lerouge connaît bien la construction amateur et ses plans sont faciles à lire, complets. Cela me conforte dans mon idée pour une 1ère construction. J’aime bien son adage "KISS" : Keep It Simple Stupid !
La carène fine me plaît beaucoup, dans l’esprit et l’évolution de ses autres monos, je sais que cela marchera fort au près... et aux autres allures.
Le système de biquille correspond exactement à mon souhait : éviter la dérive ou quille relevable et leurs mécanismes à entretenir. Et je ne vois pas l’intérêt d’avoir LE bateau qui va échouer plus haut que les autres sur la plage. 1m de tirant d’eau c’est largement suffisant pour moi. Ce système devra être performant sous voiles, là je n’ai pas vraiment de garantie ! Je n’ai pas pris le temps d’aller essayer le biquille de 10 mètres qui a testé sa formule. Je décide de prendre le risque (conforté aujourd’hui !).
Le plan de pont est hyper-simple, épuré, mais à bien y regarder il y a tout :

- le roof panoramique est idéal, rarissime pour cette taille. Pouvoir se mettre debout à l’intérieur d’un 8m, avoir une lumière maximum, s’abriter tout en veillant les bateaux et surveillant le réglage des voiles en solo, tout y est, même la vision vers l’avant. La descente est étanche.

- le cockpit ouvert à l’arrière sur la jupe me séduit, contrairement à toutes les idées reçues, pour la sécurité. La plus grosse des vagues est immédiatement évacuée sans remplir le cockpit et demander des tuyaux d’évacuation qui agiront lentement. Evidemment il n’y a pas mieux pour aller se baigner ou enlever les algues dans le safran, mais c’est avant tout le meilleur système pour remonter soi-même ou un équipier à bord.

- le plan d’accastillage est simple, et beaucoup d’artifices sont écartés. Les bloqueurs de drisse sont sur le mât, il faut se déplacer mais il n’y a pas de frottement. Une grosse poulie ouvrante au pied de mât et on renvoie les drisses et bosses de ris au winch de cockpit. On hisse au mât en vitesse, on étarque au cockpit...

- 3 panneaux étanches et 2 hublots latéraux. L’aération sera efficace.
Les aménagements intérieurs ouverts donnent un espace de vie agréable et sain :
- L’absence de vaigrage simplifie l’entretien, les accès techniques, et donne du volume disponible. Pas de moisi à bord, le luxe !
- Le rendre insubmersible serait facile.
- Le cloisonnement en CP joint-congé est étudié pour combiner structure et aménagements. Pas de superflu.
- Des cloisons étanches avant et arrière sécurisent le bateau, avec crash-box moussée à l’étrave.
- Un espace "humide" pour vêtements de mer et WC est séparé de la zone habitable.
- Une vraie cuisine avec réchaud 2 feux, évier eau douce / eau de mer, grande glacière, plein de rangements...
- Une descente solide avec de vraies marches anti casse-gueule, au lieu d’une échelle en inox toboggan !
Et évidemment, pas de diesel puant. Un simple moteur HB de 6CV sur chaise stratifiée au tableau AR, qui permet au bateau de faire le précieux 360° sur lui-même !

Il n’y a que le gréement du Gaïa 80 que je veux modifier et Erik Lerouge accepte avec enthousiasme. Il renomme le plan "Haka 80". Le Gaïa se contentait des barres de flèches poussantes pour tenir le mât, Spirit aura un pataras.
Il aura un double étage de barres de flèche pour mieux tenir le profil et un bas-étai. La GV ne sera donc pas à rond de chute, et je pourrai gréer une trinquette pour le près et la fuite dans le gros temps.
Lorsque j’achète les plans, aucun bateau n’a encore été construit. Mais le chantier "Action Nautic" va faire le prototype du GAIA 80 en même temps que moi, ce qui me permettra de regarder comment avance le "grand frère".
Je signe, et je commence à apprendre par coeur les premiers plans que je reçois... tout en lisant le Hors-Série "Matériaux Composites" de Loisirs Nautiques !

SUITE


Navigation

Articles de la rubrique