Les choix de départ

dimanche 31 octobre 2010
par  Guillaume

Le programme et style de navigation :

- naviguer en croisière rapide. Le but était de trouver un voilier vivant, qui réagit aux variations de la mer et du vent, mais qui n’est pas extrême à manoeuvrer ou à vivre. Je ne suis pas vraiment technicien ni sportif, mais j’ai besoin de sentir l’élément marin.

- pouvoir aller un peu partout et facilement : plages, rivières, chenaux et rase-cailloux... Manoeuvrer à la voile rapidement : hisser/affaler vite et simplement, beacher sans souci, remonter du courant sous voiles...

- naviguer en croisière côtière, ou semi-hauturière, en solo ou équipage réduit. En solo ou à deux sur un ou deux mois, à trois maxi sur un week-end. Cela veut dire pouvoir vivre à bord sans se plier en deux, stocker et ranger des vivres pour une semaine, avoir un roof panoramique (veille bateaux, surveiller les voiles, s’abriter/se reposer), aller se baigner (et remonter à bord) facilement. Pouvoir faire la cuisine, garder un peu de frais sans frigo...
Le bateau :

- de taille modeste ou raisonnable. Aujourd’hui on peut dire que c’est "petit" à côté des monstres qui sortent des chantiers pour transporter les frigos et les machines à laver. "Petit bateau, petits problèmes", j’ajouterais "grand bonheur !".

- marin dans son comportement en mer. Un voilier quoi, qui sait faire du près parceque c’est l’essentiel pour la sécurité, et parceque le moteur ne doit servir qu’à rentrer et sortir du port, pas à lutter contre les éléments.
Marin, c’est aussi un bateau qui va vite et facilement dans le gros temps sous fuite, qui possède une faible inertie pour éviter les chocs et les contraintes dans les vagues et les rafales. Donc c’est un bateau...

- ...léger, pour la sécurité d’abord, et ensuite qui procure du plaisir en répondant à la mer et au vent : risées, molles, adonnantes, refusantes, accélérations, gite.... tout ce qui me fait aller en mer quoi... Sentir les éléments !

- ultra-simple dans sa construction, sa manoeuvre, son entretien.

- échouable à volonté pour profiter de l’environnement immédiat : la côte Atlantique.
Matériau :

Le matériau qui résulte de ce cocktail devra être léger et résistant. Pas libellule high-tech, pas coffre-fort. J’ai appris que le "plastique" n’existe pas, mais que le composite permet de choisir le produit idéal dans une infinité de choix.

Le sandwich mousse PVC / fibre de verre / résine époxy était la combinaison optimum. La coque, le pont, le safran et son aileron fixe seront construits ainsi. Les cloisons seront en CP soigneusement posées en joint-congés / stratifiés.

Ensuite sont venus les autres avantages liés à ce matériau pour la vie à bord : isolation, facilité d’entretien, absence d’humidité, gain d’espace... mais j’en parlerai plus tard !
Mode de construction :

Néophyte, je voulais un moyen rapide et facile de construire mon bateau. Rapide parceque je ne comptais pas y passer ma vie, facile car je ne voulais pas investir dans un vrai chantier avec tous les moyens et outils que cela implique. La simplicité, comme pour le bateau, a été le guide.

En découvrant la méthode sandwich sur mannequin, et le système de lisses de mousse sur gabarits, j’étais convaincu qu’il n’y avait pas mieux !
SUITE